QUELS SONT LES PIEGES A EVITER ?

La perte d’un proche dans un accident mortel de la circulation, laisse leur entourage anéanti.

Il est difficile dans ses conditions de souffrance extrême, d’être parfaitement lucide, notamment en ce qui concerne son droit à indemnisation. En effet, les proches d’une victime décédée répugnent généralement à demander une indemnisation pour ce qui constitue une perte humaine impossible à traduire en chiffre.

Cependant, vous avez des droits et il n’y a aucun mal à les faire reconnaître.

Dans la plupart des cas, c’est l’assureur du tiers responsable qui sera tenu de vous indemniser. Et bien évidemment, son intérêt sera de le faire le moins possible. C’est la raison pour laquelle il est primordial de ne pas rester seul face à cet assureur.

Le premier reflexe à avoir lorsque l’on perd un proche dans un accident de la circulation est de s’adresser rapidement à un avocat très expérimenté dans ce domaine particulier.

POURQUOI CHOISIR MAITRE ALEXANDRE ? 

Maître ALEXANDRE défend et soutient les victimes et les proches de victimes d’accident de la circulation depuis plus de 17 ans. Elle en a fait un engagement personnel très fort.

Elle maîtrise parfaitement les règles juridiques complexes qui permettent l’indemnisation des victimes d’accident de la circulation et de leurs proches.

Maître ALEXANDRE connait également tous les rouages du système d’indemnisation, que se soit auprès des assureurs ou auprès d’un Tribunal.

QUELS SONT LES PRÉJUDICES INDEMNISABLES ?

Le préjudice moral :

Le premier préjudice en cas de perte d’un proche est évidemment le préjudice moral, encore appelé préjudice d’affection.

Ce préjudice moral est appréhendé en général en fonction du degré de parenté ou de liens avec la victime directe, mais il peut également être apprécié de façon plus importante en fonction de troubles graves que peuvent développer certains proches.

En effet, il est fréquent que la perte notamment d’un enfant dans un accident de voiture, engendre une souffrance extrême chez les parents, durant plusieurs mois voire plusieurs années, ce qui leur rend impossible la reprise d’une vie professionnelle normale.

Ce type de préjudice spécifique fait l’objet d’une indemnisation intégrale, après expertise médicale.

Le préjudice économique :

Lorsque le proche de la victime décédée est son conjoint (marié ou non) ou son enfant encore à charge, cette personne subit également un préjudice économique qui peut être extrêmement important.

En effet, les revenus du ménage seront amputés pour toujours de la rémunération de la victime décédée. Cela peut avoir des conséquences catastrophiques sur la survie économique d’une famille.

Cependant, si cette famille s’est adjoint les services d’un avocat très compétent en la matière, elle pourra être intégralement indemnisée de l’ensemble de ses préjudices économiques.

Les frais d’obsèques : ils seront indemnisés sur présentation de justificatifs

Le préjudice corporel :

Il arrive dans certain cas, que le proche de la victime décédée développe un « deuil pathologique », c’est-à-dire qu’il entraine des conséquences physiologiques importantes. Il faut les faire objectiver par une expertise médicale et si cela entraine des incapacités de travail, le développement d’une maladie réactionnelle, voire des séquelles permanentes, l’ensemble de ses préjudices corporels pourront être indemnisés.

QUELLES SONT LES VICTIMES INDEMNISABLES ?

Suite au décès d’une ou plusieurs personnes dans un accident de la circulation, toute personne ayant un lien de parenté ou de communauté de vie avec la victime directe peut demander réparation de son préjudice.

Il s’agit en premier lieu des conjoints mariés ou non ainsi que des enfants de la victime. Se sont également des membres de la famille proche tels que les parents, les frères et sœurs, les grands parents, les cousins, les oncles et tantes de la victime décédée.

Mais toute personne, même ne faisant pas partie de la famille, peut également demander réparation, notamment de son préjudice moral, à condition de démontrer des liens forts et des contacts fréquents avec la victime. Il peut s’agir de parrain ou marraine et d’amis très proches.

POURQUOI ALLER CHERCHER DANS UNE PLUS GRANDE VILLE UN AVOCAT ULTRA COMPÉTENT EN INDEMNISATION DES VICTIMES D’ACCIDENT MORTEL DE LA CIRCULATION, ALORS QU’IL Y EN A UN PRES DE CHEZ VOUS ?

Je considère chacun de mes clients, non pas comme un dossier, mais comme une personne avant tout. Chaque situation est unique et nécessite une écoute particulière. C’est la raison pour laquelle, le temps du rendez-vous est un moment d’échange privilégié.

Prendre rendez-vous